Sujets Santé

______________________________________________________________________________

14 avril 2014

Enfin un traitement plus flexible pour les patients souffrant d’une DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) !!

A de nombreuses reprises, Dominique est  intervenue auprès la Ministre de la Santé publique, Laurette Onkelinx, sur «la capitalisation de doses de Lucentis lors d'une dégénérescence maculaire liée à l’âge».  En effet, le traitement de la DMLA à base de Lucentis est remboursé par l'INAMI depuis 2007, à raison de huit injections la première année, de six la deuxième, de quatre la troisième ; à partir de la quatrième année, le remboursement est arrêté.

Lire la suite ici

______________________________________________________________________________

27 mars 2014

Une Plénière encore bien active pour Dominique ...

1. Question d'actualité sur la Trisomie 21

Lire la question ici                                                                                    

La réponse du Ministre ici

______________________________________________________________________________

11 février 2014

Le Mélanotan… attention !

Ils/elles veulent paraître bronzé(e)s toute l’année et échapper au banc solaire !
La solution ?  Le Mélanotan par injection sous-cutanée…  Hélas, non il n’est pas sans danger !!
Ce médicament à l’étude préclinique aux Etats-Unis et en Australie pour des affectations dermatologiques n’est  autorisé ni en Europe ni aux Etats-Unis et peut provoquer douleurs et crampes musculaires, hyperthermie, syndrome grippal, vomissements, myoclonie, palpitations, tremblement, troubles mentaux, reflux acide oesophagien, crampes abdominales, anxiété, paranoïa, transpiration, troubles émotionnels, irritabilité.

Ce n’est pas tant sur les dangers d’utilisation de ce produit qui nous interpelle mais surtout sur les produits vendus hors circuit légal via Internet qui ne présentent pas toutes les garanties de qualité, de sécurité et d’efficacité.

En un mot… méfiez-vous de la contrefaçon !!  Et être bronzé en hiver, ce n’est plus tendance !

Lire la question parlementaire de Dominique ici

Réponse de la Ministre de la santé ici

______________________________________________________________________________

 

13 janvier 2014

La Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) ...

Dominique a une nouvelle fois interrogé la Ministre de la Santé publique sur la nécessité de capitaliser les doses de Lucentis lors d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
En effet, il est dommage de fixer le nombre d’injections par année plutôt que de laisser à l’ophtalmologue l’opportunité du choix de doses par année.

D’où une demande rejetée (venant des ophtalmologues) de permettre la capitalisation de doses de Lucentis du traitement sur 3 ans plutôt qu’en fonction de doses annuelles fixées par l’INAMI.
Cette proposition n’engendre aucun coût supplémentaire pour l’INAMI et permet d’autre part une meilleure gestion de la maladie par l’ophtalmologue.

Lire la question de Dominique ici

Lire la réponse de la Ministre Onkelinx.

______________________________________________________________________________

20 décembre 2013

 

Babyphone sur Smartphone... mise en garde !

 

A la suite du lancement du premier babyphone pouvant être actionné par un smartphone, basculant entre différents réseaux dont le wifi et la 3G, Dominique a interrogé Laurette Onkelinx, la Ministre de la Santé publique, quant aux effets sur les bébés. 

 

En 2011, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut-être cancérogènes pour l'homme. Ici les ondes du babyphone sont nocives pour le bébé mais on y rajoute les ondes wifi ou 3G qui augmentent encore plus les risques d'exposition.  La Ministre s’en tient à éviter une forte exposition prolongée. Estimant le risque peu élevé, elle recommande une distance minimum d’un mètre entre le bébé et le babyphone. 

 

Je souhaite pour ma part insister sur le respect du principe de précaution et donc d’éviter ce type d’appareil Wifi et 3G dans la chambre d’un petit enfant.

 

Lire la question ici

 

Lire la réponse de la Ministre ici

 

____________________________________________________________________________________________________

 

10 mai 2013

13 conseils pour protéger votre coeur

 

1. Sentez-vous concernée... surtout si votre mère ou votre soeur a fait un infarctus avant 65 ans et/ou si votre frère en a fait un avant 55 ans. En cas d'antécédents familiaux, en effet, le risque d'infarctus est multiplié par 2,7.

 

2. Faites vos comptes : pour la santé cardiovasculaire, plusieurs petites anomalies sont plus dangereuses qu'une seule, même très importante. Autrement dit, il vaut mieux avoir une tension beaucoup trop forte, par exemple, qu'une tension un peu trop forte un peu trop de cholestérol un poids un peu trop élevé...

 

3. Mesurez votre tension artérielle. En Belgique, 25 % des adultes sont hypertendus... et plus de la moitié ne s'en doutent pas, l'hypertension étant généralement asymptomatique.

 

4. Surveillez votre cholestérol. Une simple prise de sang suffit pour établir votre bilan lipidique et calculer votre cholestérol-LDL, facteur causal de l'athérosclérose. Globalement, on estime que, chez l'adulte, le cholestérol total devrait être < 2g/l, le LDL < 1,3g/l, le HDL ou « bon cholestérol > 0,35g/l et les triglycérides < 2g/l. Attention : après la ménopause, 1 femme sur 2 a un taux de cholestérol trop élevé.

 

5. Cessez de fumer ! La nicotine augmente la pression sanguine, diminue le calibre des artères et favorise la formation des caillots. Quant au monoxyde de carbone ou CO, présent dans la fumée du tabac, il favorise l'athérosclérose.

 

6. Ne combinez pas tabagisme et pilule. Dès qu'une femme sous contraception hormonale atteint ou dépasse une consommation de 2 cigarettes par jour, son risque de maladie cardiovasculaire est multiplié par 20 !

 

7. Bougez ! La sédentarité est mauvaise pour le coeur... mais faire du sport de façon intensive comporte aussi un certain risque, car il y a des infarctus à l'effort. C'est pourquoi les cardiologues préfèrent recommander « une activité physique modérée et régulière ».

 

8. Buvez... peu ! Si les cancérologues sont de plus en plus anti-alcool, les cardiologues persistent et signent : il y a plus d'infarctus chez les abstinents que chez les consommateurs modérés. Mais ne dépassez pas un verre de vin rouge par jour (deux pour les hommes).

 

9. Luttez contre les kilos en trop. Pour évaluer le risque cardiovasculaire lié à la surcharge pondérale, l'indice le plus sûr est le tour de taille : chez les femmes, il ne devrait pas dépasser 88 cm (maximum autorisé pour les hommes : 102 cm) !

 

10. Méfiez-vous du diabète. Les maladies cardiovasculaires sont 2 à 4 fois plus fréquentes chez les diabétiques, un taux élevé de glucose dans le sang favorisant la coagulation sanguine. Vous êtes d'une famille de diabétiques ? Vous souffrez, pendant votre grossesse, d'un diabète « gestationnel » ? Faites-vous dépister ! (infos : Association belge du Diabète, www.diabete-abd.be.)

 

11. Décompressez ! Les spécialistes du stress vous recommandent de vous accorder 5 minutes toutes les 90 minutes, une « bulle » quotidienne de 20 minutes pour faire le vide, 1 jour de repos tous les 7 à 10 jours et des parenthèses d'au moins 5 jours plusieurs fois par ans.

 

12. Faites l'amour. Un rapport sexuel est un excellent exercice pour le muscle cardiaque, mais aussi un antistress de premier ordre, grâce à la libération d'ocytocine, hormone du bien-être, et des endorphines, neurotransmetteurs qui produisent un état de relaxation.

 

13. Mangez des fruits et légumes : 3 fois par jour suffisent pour réduire de 27 % votre risque de mortalité cardiovasculaire !

 

(Sources : Bodytalk Avril-Mai 2013 - Interview Danièle Hermann)

 

 

__________________________________________________________________________________________________________

 

8 mai 2013

Elles l'ignorent.
La 1ère cause de décès des femmes n'est pas le cancer !

 

> Si 23 % des femmes meurent d'un cancer, 36 % décèdent d'une maladie cardiaque !!

> En Europe, sur les 4 millions de décès par maladie cardiaques, 55 % sont des femmes.

> Les femmes de moins de 50 ans pourront être protégées par leurs oestrogènes, c'est vrai, mais notre mode de vie est profondément modifié, il faut combiner désormais les rôles d'épouse, de mère avec une vie professionnelle souvent bien remplie...

> Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 1995, seulement 3,7 % des femmes victimes d'infarctus avaient moins de 50 ans ; aujourd'hui, elles sont 12 %. 4 x plus !

> Les femmes ménopausées ont un risque cardio vasculaire multiplié par 4 dans les 10 ans qui suivent le début de la ménopause. Et le risque de mourir d'une maladie cardiaque est 8 x supérieur à celui d'un décès par cancer du sein !!

> Mais ce n'est pas tout !
En France, 1 femme qui se plaint de douleurs thoraciques a 20 % de chances en moins qu'un homme de se voir proposer une consultation chez le cardiologue et un test à l'effort et a 40 % de chances en moins de se faire prescrire une coronographie ... !! Ignorance du facteur de risque cardiaque des femmes par le corps médical...

 

> Les facteurs de risque ?

- La combinaison contraception hormonale/tabagisme
- Mais attention aussi à l'accélération du rythme cardiaque, l'essoufflement, la fatigue...

Vendredi 10 mai 2013, 13 conseils pour protéger son c?ur !

(Sources : Interview de D. Hermann, Présidente de la Fondation Recherche Cardio vasculaire ? Paris ? BodyTalk)

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________

 

25 octobre 2012

Déjà un succès pour le Fonds des accidents médicaux !

 

Le Fonds des accidents médicaux a reçu près de 700 demandes de Belges ayant subi des « dommages anormaux » après une intervention médicale et ce depuis le 1er septembre : 500 demandes par téléphone, dont 127 dossiers à l'étude et 200 dossiers relayés par les mutualités et asbl spécialisées.

 

Auparavant, les personnes qui souhaitaient obtenir des dommages et intérêts après une erreur médicale ou un accident médical n'avaient d'autres possibilités que d'aller en justice où il fallait prouver l'auteur de la faute. La procédure, longue et coûteuse, a poussé le gouvernement à créer une alternative, le Fonds des accidents médicaux, qui octroie une indemnisation dès que le dommage semble « anormal ».
Pour bénéficier d'une indemnisation, il faut être resté invalide à 25%, avoir subi une incapacité de travail de six mois ou avoir une vie « fortement perturbée » par l'affection.

 

Site du fonds: http://www.fmo.fgov.be/

_______________________________________________________________________________________________________

 

Actu