Ouagadougou

_______________________________________________________________________________________________________

10 septembre 2012

Ouagadougou, mutilations génétiques féminines,

L'espoir au bout du tunnel
Parler et combattre l'excision dans nos assemblées parlementaires est un devoir, être dans un village africain à l'écoute des femmes mutilées par l'excision, c'est prendre conscience de l'immense douleur physique et morale qu'elles subissent au quotidien.
Au Burkina Faso, pays pourtant pionnier contre l'excision, 60 % au moins des femmes sont encore touchées par cette pratique coutumière.
C'est généralement vers 4-6 ans (parfois moins d'un an) que les fillettes sont excisées ... sans anesthésie... sans hygiène !!
A cela peut s'ajouter l'infibulation (coudre le sexe des femmes pour éviter les rapports sexuels) qui sera décousue le jour du mariage...
J'ai adressé un double message dans les villages à la frontière avec le Mali où nous nous sommes rendus.
Le premier s'adressait aux hommes, leur expliquant qu'eux et eux seuls peuvent mettre fin à cette barbarie qui tue, mutile et rend les relations sexuelles insupportables aux femmes.
Le deuxième s'adressait aux mères et grand-mères qui conduisent leurs filles chez l'exciseuse ; je leur ai demandé d'expliquer les hémorragies fréquentes, les infections, les morts trop nombreuses, ...aux autorités du village pour provoquer la prise de conscience.
Lors de nos débats dans les villages, tous les témoignages entendus ont été poignants, beaucoup m'ont profondément émue, mais, c'est celui d'un chef coutumier qui m'a donné espoir quand il a osé dire : « si j'étais jeune aujourd'hui, je n'épouserais plus une femme excisée, d'ailleurs nous avons décidé dans notre village de supprimer l'excision ».
Une vidéo un peu longue qui aide à mieux comprendre pour mieux intervenir :













_________________________________________________________________________________________________________

3 septembre 2012

Ouagadougou - Burkina Faso

La vie politique a bien repris son cours depuis quelques semaines, sans doute discrètement à cause de la préparation des élections communales !
Cependant, une nouvelle mission m'attend pour l'AWEPA, Ouagadougou au Burkina Faso. Une rencontre avec les parlementaires, des autorités locales et des chefs coutumiers sur le grave problème de l'excision... 140 millions de jeunes femmes dans le monde sont excisées (70 millions en Afrique et au Yémen), 3 millions chaque année et ... 5 fillettes (dont certaines de moins de 1 an) sont excisées ... toutes les minutes dans le monde !!

Nous devons rencontrer, parler, convaincre et pouvoir consacrer du temps pour que cesse cette barbarie !!


Actu