Discours du 4 juin 2003

Monsieur le Gouverneur, Madame la Présidente, Chers Collègues,
L'heure du grand virage a donc sonné.Je souhaitais tout comme André Perpète vous proposer une ultime intervention et m'en tiendrai à trois réflexions en évitant soigneusement l'émotion - émotivité oblige - !

1ère réflexion :

Sans conteste l'Institution Provinciale est et doit rester le lieu de convergence de l'identité luxembourgeoise où 47 mandataires communaux/provinciaux ? avec, mais aussi au-delà de, leur mouvance politique - se côtoient et partagent un même attachement, un même sentiment d'appartenance à leur province ...  Ce qui fait notre force; !
Il s'agit d'une situation unique en Wallonie, voire en Belgique que beaucoup nous reconnaissent et beaucoup nous envient.Ce sentiment s'est construit au fil du temps principalement de par notre isolement et notre éloignement du pouvoir.
Aujourd'hui soyons attentifs, la donne a changé, d'une part le pouvoir est aussi à Namur et s'y renforce, d'autre part le désintérêt politique est grandissant et l'attachement pourrait donc, si on n'y prend garde, s'effilocher et d'ici quelques années disparaître... Ne soyons pas seulement attentifs mais surtout constructifs et mobilisateurs.
Nombre de mes espoirs résident, entre autres, en Luxembourg 2010 qui devrait permettre d'insuffler un nouvel élan à notre province et nous rassembler autour d'un projet commun.

2ème réflexion :

L'Institution Provinciale reste pour moi un niveau de pouvoir extraordinairement efficace, concret, rapide, pertinent et de proximité pour qui s'y investit.
Mais de lourds dossiers se profilent, le plus lourd et le plus immédiat est celui des hôpitaux, viennent ensuite le budget incendie, la mobilité...
Et ce dans un contexte budgétaire devenu très difficile.
Les solutions viendront en partie -pas en totalité- du Fédéral (peut-être), de la Région Wallonne (probablement). Mais l'essentiel de l'effort nous appartient, nous devrons être courageux en osant nous-mêmes les nécessaires restructurations en profondeur.
Le temps presse, nous devrions nous mettre autour de la table dès demain, si nous ne voulons pas que les restructurations nous soit imposées par d'autres. Le risque dans ce cas serait grand non pas de transformer notre province en désert hospitalier mais bien d'aboutir à des solutions qui ne seraient pas les nôtres et ne seraient pas en adéquation avec notre territoire.
Puisse aussi et surtout le consensus luxembourgeois continuer à nous unir et à nous épauler pour ces dossiers difficiles.

3ème réflexion :

Je reste convaincue que la Province doit oser ? à son initiative - une profonde remise en question. Si au fil des décennies, les Provinces ont acquis de nouvelles compétences - par défaut des autres niveaux de pouvoirs - il n'empêche que notre paysage institutionnel a lui aussi beaucoup évolué. Une xième réforme des Provinces a vu le jour et aboutira cette année. A quand la prochaine ?
Prenez les devants, soyez les premiers, osez l'audace de remettre toutes nos compétences à plat et examinez objectivement une à une leur pertinence, pour ne plus vous concentrer que sur l'essentiel: dégager de nouvelles marges de man?uvre financières et des services à la population pour lesquels nous resterions incontournables.
L'avenir de notre Province passe par- là, j'en suis convaincue.

A la nouvelle équipe, - au sein de laquelle on peut encore compter deux solides piliers: Jean-Luc Henry et Daniel Ledent - je lui dirai au risque de me répéter que les temps deviennent de plus en plus difficiles et que de lourdes responsabilités vont peser sur vos épaules ; les décisions et les arbitrages seront difficiles mais ne cédez pas à la tentation de la réponse facile.
Si le Luxembourg a besoin de décisions fortes, il a besoin également pour ce faire de femmes et d'hommes politiques courageux et responsables; mais sachez que quelles que soient les circonstances - et si vous le souhaitez sans vouloir jouer les belles-mères ! - vous me trouverez toujours à vos côtés pour défendre notre Institution et des projets fédérateurs.

Je terminerai en souhaitant bienvenue et bon travail à nos nouveaux conseillers provinciaux: Jacquy Bauduin, Nathalie Semes, Arnold Baillieux et Roger Mehagnoul.
Merci...
Dominique TILMANS

Actu